Aller au contenu principal
Accueil / À propos de nous / Leaders & Créateurs

Leaders & Créateurs

Tous uniques, mais unis par des idéaux hors du commun qui les font constamment atteindre de nouveaux sommets, et ce, à travers l’innovation.

Ajay Singh

Président et directeur général, SpiceJet

Ajay Singh et SpiceJet s'engagent à relier plus de 400 aéroports et communautés en Inde afin d'offrir des vols abordables à tous les citoyens du pays.

Plus

Calin Rovinescu

Président et chef de la direction, Air Canada

Calin Rovinescu réinvente le monde corporatif avec une façon unique de diriger : son type de gestion implique d’écouter et de valoriser les gens autour de lui afin qu’ils deviennent de bons leaders à leur tour.

Plus

Jaime Bautista

Président et chef des opérations , Philippine Airlines

Pour Jaime « Jimmy » Bautista, la famille passe toujours avant le travail. Mais comme il le dit lui-même, Philippine Airlines, c’est sa famille.

Plus

Rickard Gustafson

Chef de la direction , Scandinavian Airlines

Rickard Gustafson pousse Scandinavian Airlines vers de nouveaux sommets, qu’il s’agisse de service ou d’efficacité. Voyez comment cet explorateur ouvre la voie à des possibilités passionnantes et à de nouvelles frontières.

Plus

Robert Deluce

Président et chef de la direction, Porter Airlines

Offrir un meilleur service, regarder la clientèle affluer et voir ses efforts salués. Pour Robert Deluce, c’est bien plus qu’une formule gagnante chez Porter Airlines, c'est son code de conduite.

Plus

Tewolde GebreMariam

Président-directeur général , Ethiopian Airlines

Pour Tewolde GebreMariam, sa vision ambitieuse de Ethiopian Airlines et de l’Afrique repose sur le dynamisme des gens.

Plus

Wu Longjiang

Président, China Express Airlines

Wu Longjiang admet être autant un grand frère ou un professeur qu'un gestionnaire en chef pour ses « étudiants » chez China Express.

Plus

Ajay Singh

Président et directeur général, SpiceJet

En tant que partenaires clés du plan de connectivité régional (RCS), Ajay Singh et SpiceJet sont les acteurs principaux d’un projet, qui, ultimement, reliera plus de 400 aéroports et communautés en Inde. Établir un réseau pour offrir des vols abordables à tous les citoyens du pays n’est pas une mince affaire. Mais pour Ajay Singh, la démarche pourrait transformer durablement la vie de tous les Indiens.

  • 01

    Pays et culture préférés à l’extérieur de l’Inde :

    Italie

  • 02

    Autre occupation :

    PRÉSIDENT DE LA FÉDÉRATION INDIENNE DE BOXE

  • 03

    Ce qu’il aime :

    FAIRE LES CHOSES AUTREMENT

  • 04

    Aspect préféré de l’Inde :

    L’ÉNERGIE DES JEUNES HOMMES ET FEMMES

  • 05

    Attend avec impatience :

    LE LANCEMENT DU PREMIER SERVICE Q400 À 90 PASSAGERS D’ASIE

  • 06

    Conviction :

    LES DONNÉES SONT LA VOIE DE L’AVENIR

  • 07

    Ce qu’il n’aime pas :

    Turbulence

  • 08

    Affirmation :

    SPICEJET A LA MEILLEURE ÉQUIPE DE CRICKET D’ENTREPRISE EN INDE

Inde

Ajay Singh

En plus d’exercer un rôle de premier plan dans les efforts de l’Inde pour offrir un transport aérien accessible et abordable à tous ses citoyens, Ajay Singh de SpiceJet croit fermement que cette nouvelle liberté sera un puissant moteur d’émancipation. L’approche de leadership inspiré d’Ajay Singh est alimentée en grande partie par un désir profond de voir les Indiens prendre l’avion plus souvent, de façon aussi simple qu’abordable, que ce soit pour affaires, pour visiter la parenté ou tout simplement pour le plaisir.

Après avoir été un témoin privilégié, à titre de conseiller du gouvernement, de l’introduction d’un service de téléphonie mobile à coût réduit qui allait transformer la vie de tous les jours partout au pays, le fondateur et actuel PDG de SpiceJet s’est donné pour mission d’amorcer une révolution semblable en matière de voyage régional en Inde – initiative qui crée maintenant de nouvelles occasions tant pour les entrepreneurs que pour les citoyens ordinaires.

L’engagement de M. Singh à mettre sur pied un réseau qui desservira mieux l’Inde est inébranlable. Mais, par-dessus tout, il souhaite mettre ce réseau au service des quelque 800 millions d’Indiens de moins de 30 ans, dont l’énergie combinée est considérable. Il constate déjà l’effet positif du transport aérien plus abordable et accessible sur la vie professionnelle et personnelle des jeunes entrepreneurs.

Calin Rovinescu

Président et chef de la direction, Air Canada

D’une accessibilité désarmante et d’une vivacité d’esprit sans pareille, Calin Rovinescu, dirigeant primé d’Air Canada, a atteint d’impressionnants sommets. Littéralement. Le mont Kilimandjaro entre autres. Mais il aide également les autres à gravir des échelons : son type de gestion implique d’écouter et de valoriser les gens autour de lui afin qu’ils deviennent de bons leaders à leur tour. Il dit lui-même qu’il n’est pas seulement chef de la direction, mais « meneur de claque en chef », ce qui en fait un meneur à plus d’un titre.

  • 01

    Passe-temps :

    PRATIQUE L’ESCALADE DEPUIS 1993

  • 02

    Admire profondément :

    NOS ÉQUIPES QUI DONNENT LE MEILLEUR D’ELLES-MÊMES À -40 DEGRÉS

  • 03

    Plus récente ascension d’envergure :

    MONT RAINIER

  • 04

    Ce qu’il préfère chez Air Canada :

    L’ENTHOUSIASME ET L’ÉNERGIE DES EMPLOYÉS

  • 05

    Une grande fierté :

    VOIR LE COURS DE NOTRE ACTION PARMI LES MEILLEURS AU PAYS L’AN DERNIER

  • 06

    Projet de retraite :

    ÉCRIRE UN LIVRE INTITULÉ LETTRES ET COURRIELS À UN PDG DE COMPAGNIE AÉRIENNE

  • 07

    Autre occupation :

    ACTUELLEMENT CHANCELIER DE L’UNIVERSITÉ D’OTTAWA

  • 08

    Meilleur entraînement cardio :

    PLUSIEURS ALLERS-RETOURS DANS L’ESCALIER DE 260 MARCHES DU MONT ROYAL À MONTRÉAL

Canada

Calin Rovinescu

Arrivé au Canada à l’âge de cinq ans et ignorant tout de ses deux langues officielles, Calin Rovinescu s’est d’abord fait remarquer en devenant associé directeur de l’un des plus grands cabinets d’avocats du pays, avant de superviser la restructuration d’Air Canada, et d’en devenir par la suite le président-directeur général. Il possède une vision claire de ce qui constitue « un leadership intelligent ». L’enfance de M. Rovinescu a eu une grande influence sur sa façon d’appréhender sa vie professionnelle. Comme il l’explique, « les immigrants sont fondamentalement inquiets, car ils ne savent pas d’où proviendra leur prochain dollar. Mais ils sont également très confiants parce qu’ils ont eu le courage de quitter leur pays pour refaire leur vie ailleurs. Et c’est la combinaison de ces deux sentiments qui leur donne la force et le désir de se surpasser » .

Après une brillante carrière juridique, Calin Rovinescu est passé à Air Canada en 2004, à une période où les problèmes du transporteur étaient nombreux et variés, pour mener à bien sa restructuration. Son retour dans les rangs de la société en 2009, à titre de président-directeur général cette fois, a marqué le début d’une nouvelle ère pour le plus grand transporteur au pays – ère durant laquelle l’entreprise a pris son essor sous sa gouverne et a été reconnue comme l’un des meilleurs transporteurs aériens du monde. Il entend d’ailleurs poursuivre sur cette lancée et clame son objectif, soit qu’Air Canada figure « parmi les 10 meilleurs au monde dans tous ses domaines d’activité ».

Et quel est le secret du « leadership intelligent » selon Calin Rovinescu? Principalement la capacité d’écouter et d’encourager les gens autour de soi, et de leur donner la latitude pour devenir eux-mêmes de grands leaders. « Nous avons vu éclore plusieurs leaders grâce auxquels l’avenir d’Air Canada sera prometteur pendant de nombreuses années après mon départ », prédit-il. Il se décrit parfois comme « meneur de claque en chef » bien plus que comme PDG. Une autre observation « intelligente ».

Jaime Bautista

Président et chef des opérations , Philippine Airlines

Pour Jaime « Jimmy » Bautista, la famille passe toujours avant le travail. Mais comme il le dit lui-même, Philippine Airlines, c’est sa famille. Véritable « cœur des Philippins », la compagnie aérienne embauche des pilotes de deuxième et de troisième génération, et plusieurs autres dont les parents et les grands-parents y ont déjà travaillé ou y travaillent encore. À ce titre, le mantra de Jaime Bautista, « investir dans le temps », est très éloquent, et se reflète dans la ponctualité croissante des vols, dans son impressionnante collection de montres et, plus important encore, dans le temps de qualité qu’il passe en famille.

  • 01

    Conviction :

    C’EST LE DESTIN QUI A FAIT DE LUI LE CHEF DE L’EXPLOITATION DE PAL

  • 02

    Tient à :

    PASSER DU TEMPS DE QUALITÉ EN FAMILLE LES SAMEDIS ET DIMANCHES

  • 03

    Projet de retraite :

    DÉCOUVRIR DES TERRAINS DE GOLF PARTOUT DANS LE MONDE AVEC SA FEMME

  • 04

    Au sujet du Q400 :

    C’EST L’APPAREIL IDÉAL POUR DESSERVIR L’ENSEMBLE DE L’ARCHIPEL

  • 05

    Possède :

    UNE COLLECTION DE MONTRES ET UNE CINQUANTAINE D’HORLOGES

  • 06

    Génération favorite :

    « LES MILLÉNIAUX, CAR ILS ME FONT ME SENTIR JEUNE. JE ME SENS COMME EUX. »

  • 07

    Ce qu’il n’aime pas :

    LES FERMETURES SOUDAINES D’ESPACES AÉRIENS QUI PROVOQUENT DES ANNULATIONS

  • 08

    Aime :

    LE TRAVAIL D’ÉQUIPE SUR DIVERS CONTINENTS QUI PERMET AUX VOLS DE PARTIR À L’HEURE

Philippines

Jaime Bautista

Jaime Bautista ne se considère pas comme un homme ambitieux. C’est une question de point de vue. Depuis son arrivée à la barre de Philippine Airlines (PAL), il a amené l’entreprise à l’avant-plan et en a fait la seule compagnie aérienne à service complet au pays. Sous sa direction, le transporteur national s’est joint au club sélect des 42 autres compagnies aériennes 4 étoiles au classement mondial – du jamais vu aux Philippines. Mais pour M. Bautista, il est hors de question d’en rester là. Son équipe et lui n’ont qu’un objectif en tête : la très convoitée cinquième étoile.

Le profil générationnel de PAL est hors du commun. Depuis plus de 70 ans, l’entreprise est une affaire de famille. Par exemple, l’actuel pilote en chef est le petit-fils d’un ancien pilote en chef. « Les affaires, c’est important, mais moins que la famille, explique Jaime Bautista. Tout le succès du monde n’est rien quand on rate sa vie à la maison. » Il faut dire qu’il considère l’entreprise comme sa maison, et le personnel comme sa famille proche.

Outre sa famille, M. Bautista chérit le temps. Les bonnes compagnies aériennes savent l’utiliser, et le dirigeant de PAL a compris que la flèche du temps file dans une seule direction. Et son hommage particulier au temps prend la forme d’une impressionnante collection de montres qu’il enrichit au fil des ans. De leur approche familiale du travail à leur récitation d’une prière d’entreprise, les employés de PAL affichent une passion et une foi inébranlables, tout comme leur leader. Homme du peuple, Jimmy Bautista est tout aussi déterminé à préserver les valeurs philippines qu’à doubler le nombre d’appareils et de destinations de PAL sous son règne. Répartis dans plus de 7 100 îles, les quelque 106 millions de Philippins sont avides de moyens de se rapprocher. « Est-ce que je me considère comme un bâtisseur de réseau, se demande-t-il? Oui, je le crois. Nous continuons de développer de nouveaux marchés… de faciliter les voyages en avion… et d’accueillir des visiteurs dans de nouvelles régions de notre pays. » Manifestement, le temps joue en faveur de Jamie Bautista, tout comme sa famille d’employés motivés et l’ensemble de la nation philippine.

Rickard Gustafson

Chef de la direction , Scandinavian Airlines

Si on lui demandait de dresser la liste de ses héros, Rickard Gustafson y inscrirait sans doute les membres des équipes de la Scandinavian Airlines (SAS) qui ont réalisé le premier vol commercial passant par un pôle dans les années 50. Ces hommes et ces femmes avaient été formés dans le « cas peu probable » d'une rencontre avec un ours polaire. Possédant le goût pour l’aventure propre aux habitants des pays scandinaves, il pousse la SAS vers de nouveaux sommets, qu’il s’agisse de service ou d’efficacité. Il est un explorateur qui ouvre la voie à des possibilités passionnantes et à de nouvelles frontières.

  • 01

    Passe-temps :

    LA COURSE À PIED, LE SKI ET LE PATINAGE

  • 02

    Fait méconnu au sujet de Stockholm :

    ON COMPTE PAS MOINS DE 20 000 ÎLES À PROXIMITÉ DE LA VILLE

  • 03

    À propos de la CRJ Series :

    « […] ELLE CADRE À MERVEILLE AVEC NOTRE VOLONTÉ STRATÉGIQUE […] L’APPAREIL IDÉAL POUR COMPLÉTER NOTRE FLOTTE ET RÉPONDRE À NOS BESOINS. »

  • 04

    Ville étrangère favorite :

    SAN FRANCISCO

  • 05

    Petit plaisir :

    UNE DEMI-HEURE DANS LA FORÊT

  • 06

    Premier poste de leader :

    ANIMATEUR EN CAMP DE VACANCES À 15 ANS

  • 07

    Nature :

    ON NE PEUT PAS S’EN PASSER

  • 08

    Célébrité suédoise préférée :

    BJÖRN BORG,
    LE JOUEUR DE TENNIS

Suède

Rickard Gustafson

Le PDG Rickard Gustafson sait que la meilleure des stratégies de marketing, qu’elle s’adresse aux passagers ou aux autres parties prenantes, n’a de valeur que dans la mesure où elle tient ses promesses. « Je crois que la prochaine génération de passagers et de collègues s’attend à ce que nous élaborions des modèles d’affaires qui résistent à l’épreuve du temps », mentionne-t-il ; une allusion évidente à la pérennité économique et environnementale au cœur de sa mission et des préoccupations de ses concitoyens.

Le succès de cette entreprise encore jeune à 71 ans est profondément ancré dans l’héritage de ses pionniers, auquel son nouveau dirigeant a insufflé une nouvelle énergie. Parmi les plus grandes forces de SAS, une capacité d’innovation sans égale encouragée avec enthousiasme par M. Gustafson et dont le fer de lance est le SAS Lab. On ne compte plus les innovations qui y ont vu le jour : le billet électronique, le recours révolutionnaire aux médias sociaux et, par les temps qui courent, l’exploration de l’utilisation de puces électroniques sous-cutanées – peut-être la prochaine percée majeure qui simplifiera la vie des passagers. « Les leaders encouragent l’innovation en créant des environnements propices à l’éclosion d’idées », explique M. Gustafson.

Quand on lui parle de ses héros, Rickard Gustafson évoque les équipes de SAS qui ont établi les premières routes polaires entre l’Europe et la Californie, dans les années 1950. Ces hommes et ces femmes avaient été formés pour protéger leurs passagers vedettes d’Hollywood dans le « cas peu probable » où ils auraient fait la rencontre d’un ours polaire. Outre la gestion d’une compagnie aérienne, un sport en soi, M. Gustafson se garde en forme en courant dans les bois ou en s’entraînant avec sa femme. Possédant le goût de l’aventure propre aux habitants des pays scandinaves, cet homme tourné vers l’avenir aime jongler avec les possibilités et mener SAS vers de nouveaux sommets, dans le plus pur style nordique.

Robert Deluce

Président et chef de la direction, Porter Airlines

Offrir un meilleur service, regarder la clientèle affluer et voir ses efforts salués. Pour Robert Deluce, chef de la direction de Porter et membre du Panthéon de l’Aviation du Canada, c’est bien plus qu’une formule gagnante : il a vécu, dirigé et grandi selon ce principe. Et sa carrière impressionnante en est la preuve. En tant que chef de ce transporteur régional en plein essor – qui figure au palmarès des « Meilleures compagnies aériennes au monde » du magazine Condé Nast Traveler – Robert Deluce sait que pour atteindre de tels sommets, il faut des idées audacieuses, une volonté de fer et un entourage exceptionnel.

  • 01

    Début de sa journée :

    AUTOUR DE 3 H 30

  • 02

    Parallèle entre l’aviation et les industries novatrices :

    « LE DIABLE SE NICHE DANS LES DÉTAILS. C’EST POURQUOI TOUS LES DÉTAILS DOIVENT ÊTRE PARFAITS. »

  • 03

    Caractéristiques préférées du Q400 :

    UN MODÈLE À TURBOPROPULSEURS QUI SE COMPORTE COMME UN JET ET QUI PEUT ATTERRIR SUR PISTE COURTE

  • 04

    Un souvenir qui lui est cher :

    SON ENFANCE AVEC 8 FRÈRES ET SŒURS, DANS LE NORD DE L’ONTARIO

  • 05

    Passe-temps :

    PILOTER UN HYDRAVION POUR PÊCHER AVEC DES AMIS DANS LE NORD

  • 06

    Sa meilleure prise :

    UN TOULADI DE 11 À 12 KG

  • 07

    La valeur qui lui tient à cœur :

    LA RÈGLE D’OR : TRAITER LES AUTRES COMME ON AIMERAIT ÊTRE TRAITÉ

  • 08

    Ses héros :

    AVANT TOUT SES PARENTS, MAIS AUSSI UNE LONGUE LISTE DE PIONNIERS DE L’AVIATION CANADIENNE

Canada

Robert Deluce

Robert Deluce est un des plus lève-tôt de la ville de Toronto. Bien souvent, il trouve le temps d’aller courir et de s’entraîner au gym avant même que la plupart de ses concitoyens ne mettent un pied hors du lit. Mais être en avance est en quelque sorte une marque de commerce pour le fondateur et PDG de Porter Airlines. Membre du premier duo père-fils admis au Panthéon de l’Aviation du Canada. Premier exploitant d’un vol de passagers avec un appareil utilisant les biocombustibles au Canada, un Bombardier Q400. Tout premier gagnant du prix Skytrax du meilleur transporteur régional en Amérique du Nord.

À l’instar du jeune Ontarien fougueux qu’il était, devenu pilote pour l’entreprise familiale de transport à la demande dans le nord de la province, Bob – comme l’appellent ses proches – affiche aujourd’hui une assurance naturelle dans tous les aspects de ses fonctions. « Notre compagnie aérienne au créneau très précis offre des liaisons court-courriers et un service haut de gamme économique, explique-t-il. Nous avons redéfini les normes, ajoute-t-il, et maintenant, on essaie de nous imiter. J’imagine que c’est un compliment. »

On imagine difficilement comment un autre transporteur aérien pourrait reproduire ce modèle d’affaires, ou encore l’infrastructure aéroportuaire ingénieuse élaborée par Robert Deluce à l’aéroport Billy Bishop, au centre-ville de Toronto. Ce carrefour aérien est un véritable bijou, situé sur une île à un jet de pierre du port de Toronto. Et pourtant, non sans ironie, M. Deluce a puisé la plupart de ses idées en observant des compagnies aériennes partout dans le monde et constaté quelles sont les meilleures pratiques. « C’est bon de savoir ce que les autres font. Il arrive qu’on développe des choses qui n’ont encore jamais été faites ailleurs », explique-t-il avec le sourire. Aussi tenace que courageux, Robert Deluce aborde le pilotage avec sérieux et s’investit personnellement dans la gestion de son entreprise. Véritable adepte du changement, il a toujours eu pour vocation d’être pilote et est plus que jamais résolu à relier les petites communautés entre elles et avec le monde. « L’expérience Porter » est la signature de Porter. On aurait aussi pu dire « L’expérience des vols régionaux, redéfinie ».

Tewolde GebreMariam

Président-directeur général , Ethiopian Airlines

En plus d’avoir imaginé un modèle d’affaires exemplaire, Tewolde GebreMariam contribue à la transformation d’une nation, voire d’un continent entier. Sa vision ambitieuse d’Ethiopian Airlines et de l’Afrique repose sur le dynamisme des gens. Dans ce nouveau monde où tous gagnent en autonomie, l’éducation supérieure outille toute une génération. De jeunes hommes et femmes deviennent pilotes, techniciens et mécaniciens. Les communautés tissent des liens entre elles et avec le monde. Et c’est ce qui inspire tous les Africains à s’unir, se dépasser et s’accomplir.

  • 01

    Commence sa journée par :

    UN BON CAFÉ, DE PRÉFÉRENCE ÉTHIOPIEN

  • 02

    Grand amateur de la musique de :

    MAHMOUD AHMED, AMBASSADEUR D’ETHIOPIAN AIRLINES

  • 03

    Préférences culturelles :

    KETFO (STEAK TARTARE ÉTHIOPIEN) ET LA DANSE TRADITIONNELLE ÉTHIOPIENNE

  • 04

    Au sujet du Q400 :

    EFFICACE, ÉCONOMIQUE, L’AVION IDÉAL POUR LES LIAISONS INTERAFRICAINES

  • 05

    Héros des temps modernes :

    JACK WELCH, ANCIEN DIRIGEANT DE GE, ET PETER DRUCKER, THÉORICIEN

  • 06

    Meilleur entraînement :

    45 MINUTES DE COURSE SUR UN TAPIS ROULANT

  • 07

    Destination favorite d’Ethiopian Airlines :

    « J’ADORE NEW YORK, PROBABLEMENT PARCE QUE J’Y AI VÉCU. »

  • 08

    Équipes de football européen préférées :

    FC BARCELONE ET MANCHESTER UNITED

Éthiopie

Tewolde GebreMariam

Le leader d’Ethiopian Airlines, Tewolde GebreMariam, montre la voie à suivre à l’Afrique et au reste du monde. « Les compagnies aériennes africaines vont grandir et prendre la place qui leur revient sur le continent », prédit-il. D’aucuns diront que sous son habile direction, Ethiopian Airlines – qu’on surnomme « le nouvel esprit de l’Afrique » – a déjà pris sa place. En vérité, les défis qui attendent les compagnies aériennes du continent, dont la sienne, ne sont rien de moins que colossaux. Et pourtant, jamais M. GebreMariam et son équipe ne se sont découragés. À la barre depuis 2010 du transporteur aérien auquel il s’est joint il y a 34 ans, M. GebreMariam a un plan. Sous l’ambitieux nom de Vision 2025, ce plan est un modèle d’autosuffisance et de durabilité dans une industrie dont les résultats dépassent déjà les attentes, à part peut-être celles de M. GebreMariam.

« J’accorde beaucoup d’importance à la performance, avoue-t-il. J’essaie de trouver l’équilibre dans chacune de mes actions, mais au bout du compte, c’est en performant qu’on obtient de bons résultats, et ce sont nos résultats qui nous permettent de nous démarquer. » Jusqu’à maintenant, ses résultats sont plus qu’éloquents, tout comme les nombreux prix qu’il a remportés pour lui-même ou pour sa compagnie aérienne 4 étoiles au cours des dernières années. Aujourd’hui, Ethiopian Airlines exploite la plus grande école d’aviation et les plus vastes installations d’entretien, réparation et révision de toute l’Afrique, où on forme et embauche tant des hommes que des femmes pour tous les métiers de l’industrie, y compris pour les équipes d’entretien et de transport de marchandises, le personnel navigant et le personnel de bord.

Quelque 214 femmes pilotes et techniciennes sont actuellement au service d’Ethiopian Airlines. C’est une source de grande fierté pour le PDG, qui s’est donné comme mission d’améliorer les perspectives des femmes et la parité d’emploi à tous les paliers de l’entreprise. « Il nous reste encore beaucoup de chemin à faire », admet-il. Mais il est conscient que c’est un premier pas, de même qu’un message clair pour les gens et les entreprises de partout en Afrique. L’éducation, l’égalité et le gain d’autonomie sont des éléments clés de la vision de M. GebreMariam pour l’aviation dans la nouvelle Afrique – mais il ne faudrait pas passer sous silence un autre élément essentiel : un leadership brillant.

Wu Longjiang

Président, China Express Airlines

Le président Wu Longjiang admet à juste titre qu’il est à la fois grand frère, professeur et gestionnaire en chef de ses « étudiants » chez China Express. La capacité d’apprentissage et le modèle d’affaires régional de la première compagnie aérienne privée de Chine sont des exemples à suivre pour l’industrie de l’aviation en pleine croissance du pays. Grâce à la passion des Chinois pour le voyage et à leur pouvoir d’achat qui augmente rapidement, Wu Longjiang comprend pourquoi il était si important de saisir l’occasion. Et cette notion est très claire pour son groupe de fervents « étudiants ».

  • 01

    Premier vol :

    EN HÉLICOPTÈRE À 15 ANS

  • 02

    Endroit favori en Chine :

    NAPAHAI, DANS LE YUNNAN, LE PARADIS SUR TERRE

  • 03

    Activité préférée :

    L’ESCALADE, POUR SES BIENFAITS PHYSIQUES ET PSYCHOLOGIQUES

  • 04

    À voir absolument à Chongqing :

    LA MAISON ARBRE, QUI OFFRE UN MAGNIFIQUE POINT DE VUE SUR LA VILLE

  • 05

    Première expérience de pilotage :

    30 MINUTES EN AVION LÉGER AU-DESSUS DE MONTRÉAL

  • 06

    Plus beau point de vue ailleurs dans le monde :

    DES MONTGOLFIÈRES VUES D’UNE ROUTE DE MONTAGNE, EN SUISSE

  • 07

    Activité fréquente :

    LA MARCHE (10 000 PAS PAR JOUR)

  • 08

    À propos du CRJ900 :

    FRAIS D’EXPLOITATION BAS, LES PASSAGERS EN GARDENT UN EXCELLENT SOUVENIR

Chine

Wu Longjiang

Il y a assurément quelque chose qui rappelle un professeur chez le président de China Express, Wu Longjiang, qui semble jongler avec les rôles de leader et d’éducateur de l’industrie avec une aisance rare. Le dirigeant du premier transporteur aérien privé de Chine estime que chacun des membres de l’entreprise doit connaître « la mission de l’organisation ». « Je pense que c’est le meilleur moyen de nourrir la passion », précise-t-il. La mission de M. Longjiang, et celle de la jeune compagnie aérienne régionale, a changé récemment. Ses efforts de croissance ne reposent plus exclusivement sur l’offre de liaisons vers les grands centres, à partir de communautés de deuxième, troisième ou quatrième niveau. Désormais, China Express invite les habitants des plus grandes villes à découvrir les merveilles régionales, les splendeurs culturelles et les cadres de vie que recèle la Chine, avec la volonté d’offrir des services accrus vers un plus grand nombre de destinations.

Après avoir établi plus de 100 liaisons en seulement 12 ans, Wu Longjiang et China Express innovent aussi en tablant sur l’expérience client d’un bout à l’autre. D’abord fondée sur un processus de réservation simple et sans tracas, la vision de l’entreprise englobe maintenant l’interactivité avec les passagers avant le départ et le service de Wi-Fi en vol, deux facteurs de fidélisation de la clientèle, ou ce que M. Longjiang appelle « l’amélioration de la valeur pour l’utilisateur par l’innovation ».

Sa passion pour l’aviation remonte à l’époque lointaine où il a pris les commandes d’un avion pour la première fois, alors qu’il étudiait à Montréal, au Canada. « L’inspiration à toujours se surpasser se trouve partout… dans l’endroit où l’on vit, dans l’environnement et chez les autres, explique Wu Longjiang, mais les jeunes m’inspirent tout particulièrement, car leurs intérêts sont éclectiques. » Ainsi, cette idée de compagnie aérienne comme établissement d’enseignement supérieur persiste. « Pour chaque employé de China Express, nous ouvrons les meilleurs horizons de l’industrie et fournissons un terreau fertile. » Wu Longjiang poursuit sa métaphore : « On le laisse être maître de sa destinée, devenir un dragon et prendre son envol. » À cet égard comme à bien d’autres, on peut dire que M. Longjiang prêche sans contredit par l’exemple.