Aller au contenu principal

Une capacité adaptée pour la croissance africaine

4 juillet, 2018

L’avion Q400 augmente son avance dans l’ensemble du continent

Alors que la plupart des regards sont tournés vers le marché Asie-Pacifique en pleine expansion, d’importants changements s’opèrent au sein des flottes et de l’industrie dans l’ensemble de l’Afrique, le troisième marché à croissance la plus rapide au monde. Le transporteur aérien camerounais, Camair-Co, ne fait pas exception. Stimulé par son rôle prépondérant dans le cadre de la Coupe d’Afrique des Nations de football, le transporteur aérien ajoute des avions Bombardier Q400 à sa flotte.

La décision de l’entreprise de louer sans équipage des avions Bombardier est notable parce qu’elle s’associe à une tendance auprès des transporteurs aériens africains qui reconfigurent leurs flottes pour mieux desservir et bâtir de solides marchés intra-régionaux en vue de procurer un service international. L’appareil Q400 souligne un changement significatif pour Camair-Co puisque celui-ci avait opté, auparavant, pour les biturbopropulseurs MA60 de la China Aviation Industry Corporation. Camair-Co rejoint maintenant un grand nombre de transporteurs aériens africains en choisissant l’avion Q400 pour sa polyvalence, sa fiabilité et sa robustesse.

« Les avions qui desservent les marchés africains doivent être robustes et en mesure d’être exploités de façon sécuritaire dans des conditions difficiles, incluant le climat chaud et sec ainsi que les pistes rugueuses de l’Afrique, a déclaré Jean-Paul Boutibou, vice-président, Moyen-Orient et Afrique, auprès de Bombardier Avions commerciaux.

« L’avion Q400 offre de nouvelles possibilités pour le transport passagers, les vols nolisés et le fret, et apporte une plus grande polyvalence et des charges marchandes plus élevées pour les secteurs des mines et de l’énergie qui sont essentiels à la croissance économique dans plusieurs pays.»

La force dans les chiffres

Le succès des avions Q400 en Afrique ne montre aucun signe d’affaiblissement. Déjà inscrit à titre de biturbopropulseur de premier plan en Afrique de 2012 à 2017, la décision de Camair-Co avait été précédée par deux nouvelles commandes d’avion Bombardier Q400. En mai 2018, l’Air Connection Express, Transportes Aereos S.A, basée à Luanda, en Angola, a acheté six avions Q400.
La commande angolaise, d’une valeur de 198 millions $, a été rapidement suivie par une commande répétée d’avions Q400 de la part d’Ethiopian Airways. Cette commande, d’une valeur de 332 millions $, ajoute 10 appareils Q400 à la flotte d’Ethiopian Airways, jointe à des droits d’achat portant sur cinq avions additionnels dans l’avenir.

Le bon outil pour la bonne tâche

Pour les transporteurs aériens qui souhaitent solidifier et rentabiliser leurs exploitations, l’avion Q400 procure la combinaison optimale de distance franchissable, de vitesse, de charge marchande et d’économie pour développer des marchés et alimenter des plaques tournantes. Le biturbopropulseur le plus rapide de sa catégorie, l’avion Q400 est deux fois plus productif que ses concurrents, ce qui donne lieu à plus de vols par jour et plus de possibilités d’engranger des profits. Alors que sa robustesse et son efficacité opérationnelle en font le biturbopropulseur le plus vendu sur le marché africain, il complémente des appareils plus grands et répond aux attentes élevées des voyageurs internationaux.

Ses nombreuses configurations font qu’il est le seul biturbopropulseur à offrir une véritable classe affaires, avec embarquement exclusif, un bloc toilettes et un office. En outre, Bombardier propose un avion Q400 cargo-combi permettant une charge de fret accrue à partir d’aéroports périphériques. L’avion Q400 cargo-combi complète les conversions cargo des avions Bombardier Q300, CRJ200 et CRJ700, tous dotés de grandes portes de soute.

Compte tenu de sa polyvalence et de sa réputation en matière de fiabilité et de sécurité, l’avion Q400 sera l’avion de transport officiel de la Coupe d’Afrique des Nations de football en 2019 qu’accueillera le Cameroun. Le transporteur aérien national, Camair-Co, utilisera ses appareils Q400 pour transporter les équipes intérieures et internationales à l’échelle du pays.

Apparier l’avion à la mission

Bien que beaucoup de choses aient été écrites à propos des transporteurs africains qui tentent de concurrencer les importants transporteurs du Moyen-Orient, les efforts, à ce jour, n’ont pas permis d’ouvrir des débouchés en raison d’une clé manquante, soit le développement de réseaux régionaux pour soutenir ces vols. La flotte régionale d’avions Q400 nouvellement élargie d’Ethiopian joue un rôle prépondérant pour soutenir les exploitations internationales du transporteur aérien.

« Les biturbopropulseurs de Bombardier continuent de procurer une performance inégalée à nos exploitants, et nous sommes fiers que le transporteur national de l’Éthiopie ait reconnu son immense valeur en service, a déclaré Fred Cromer, président, Bombardier Avions commerciaux. La tendance du marché vers des biturbopropulseurs plus grands et hautement performants s’intensifie, et cette cinquième commande renouvelée est un excellent exemple du succès que connaît l’avion Q400 et de la valeur qu’il crée pour les clients partout dans le monde. »

Les avions Q400 constituent des outils à faible risque grâce aux économies qu’ils permettent et à leur efficacité pour bâtir le marché intérieur et offrir une alternative aux biturbopropulseurs plus âgés et moins efficaces ou aux biréacteurs régionaux.

De façon similaire, l’avion Q400, qui présente le meilleur coût par siège de sa catégorie, a permis à JamboJet de lancer une stratégie de croissance et d’ouvrir de nouvelles liaisons dans la région de l’Afrique orientale pour répondre à la demande croissante anticipée en matière de déplacement d’affaires et de loisir.

L’appareil compte une douzaine de fauteuils additionnels, comparativement aux autres biturbopropulseurs sur le marché, permettant aux transporteurs aériens de répondre à la demande croissante sur le continent.

« Dans plusieurs marchés, les transporteurs aériens choisissent des avions plus agiles qui offrent une meilleure valeur que les avions plus grands, ajoute Jean-Paul Boutibou. En établissant des marchés régionaux, les transporteurs aériens saisissent l’apport de ces marchés en vue de remplir les places dans leurs plus grands avions et établissent une base solide à partir de laquelle ils peuvent concurrencer sur l’échiquier mondial. »


À la recherche d’un amplificateur de rendement

Aujourd’hui, compte tenu de l’importance de la rentabilité pour les transporteurs aériens, rien n’est plus essentiel qu’une flotte ayant la bonne capacité. Pendant trop longtemps, ils ont recherché le cachet d’un grand biréacteur, ce qui a engendré un cycle vicieux, soit de vendre les places à rabais pour remplir les sièges qui, en retour, a diminué le rendement. La bonne capacité brise ce cycle.

Les transporteurs aériens tels que Camair-Co tirent maintenant avantage des appareils tels que l’avion Q400 en termes de rentabilité. Investir dans le bon type d’avion pour le marché à desservir signifie rejeter la stratégie du coût par siège-mille le plus faible en faveur des coûts par voyage, en utilisant des avions plus petits pour générer des rendements plus élevés. L’avion Q400 présente la moitié de la taille et des coûts d’un avion monocouloir à fuselage étroit, ce qui réduit, de manière significative, les risques économiques et opérationnels, en vue d’accroître ces rendements..


Service intra-régional, élément clé de l’avenir

L’utilisation d’appareils trop grands pour le marché a résulté en une perte de 4000 marchés intra-régionaux, à l’échelle mondiale, en 2016. L’importance des marchés intra-régionaux ne peut être sous-estimée, puisque plus de 80 pour cent de tous les embarquements passagers mondiaux étaient intra-régionaux en 2016. L’Afrique comptait sept des principaux marchés en croissance en 2015, selon le Centre des études africaines NTU-SBF. En fait, le trafic intra-régional africain devrait connaître un taux de croissance annuel de cinq pour cent dans l’avenir et, d’ici 2036, il surpassera tout autre trafic africain.

Compte tenu que 76 pour cent de la flotte africaine, soit 500 avions, devraient être retirés, selon les prévisions, les transporteurs aériens ont une occasion sans précédent d’apparier leurs avions aux missions et de tirer avantage des économies offertes par les biturbopropulseurs. Les prix du pétrole devraient s’établir entre 80 $ US et 100 $ US le baril, ce qui rend impératif le remplacement par le bon appareil.

Dans le cadre d’un objectif plus vaste

En tant qu’initiative visant à transformer les voyages par avion intra-régionaux en Afrique, l’Union africaine (UA) a lancé le Marché unique du transport aérien africain (SAATM) en 2018. Modélisé selon les marchés uniques du transport aérien implantés en Amérique latine et en Europe, l’UA dit que le SAATM créera un marché unique de transport aérien unifié et servira à titre « d’impulsion à l’intégration économique du continent ». L’avion Q400 soutient directement cette priorité clé de l’UA, soit établir des réseaux aériens plus solides dans l’ensemble de l’Afrique pour amplifier les investissements intérieurs et étrangers et appuyer l’objectif gouvernemental visant la connectivité sur le marché mondial.

Depuis les deux dernières décennies, les transporteurs aériens dans plus de 90 pays se sont fiés à l’avion Q400 pour raffermir leurs réseaux, tout en offrant aux passagers des déplacements sécuritaires et confortables.

Relations avec les médias

Nathalie Siphengphet, Chef, Communications et Relations publiques, Bombardier Avions commerciaux

Nathalie Siphengphet

Chef, Communications et Relations publiques

bca_press@aero.bombardier.com
+1 450 476 5792
www.bombardier.com