Aller au contenu principal

L’apparition et l’ascension des avions régionaux

19 août, 2017

Lorsque l’industrie du transport aérien commercial a été déréglementée aux États-Unis en 1978, de nouvelles possibilités sont apparues à l’horizon pour relier des centaines de villes qui n’avaient jamais profité d’un service aérien sans escale auparavant. Dans ce nouveau contexte, les transporteurs aériens comptaient sur les avions biturbopropulseurs pour alimenter les plaques tournantes où les passagers pouvaient avoir accès à de plus grands avions. Toutefois, la plupart des biturbopropulseurs régionaux étaient trop lents pour desservir les réseaux en étoile au-delà de 300 milles marins, et les biréacteurs de ligne monocouloirs existant disposaient de trop de sièges pour procurer un service fréquent rentable aux plus petites communautés. Ensuite, en 1992, tout a changé lorsqu’une nouvelle catégorie d’avion, connue sous l’appellation biréacteur régional de 50 places, est entrée en service. Une innovation technologique perturbatrice, le lancement du biréacteur régional Canadair a été accueilli avec scepticisme par la majorité des gens de l’industrie du transport aérien. Toutefois, l’histoire prouvera que le biréacteur régional représentait le bon appareil, au bon moment. Conçu pour éliminer l’écart entre les capacités d’exploitation des biturbopropulseurs court-courriers de 30 à 60 places et les biréacteurs monocouloirs de 100 places offrant une plus grande distance franchissable, l’appareil serait appelé à transformer l’industrie aérienne.


Du scepticisme au succès
Malgré l’hésitation initiale du marché à l’égard des avions régionaux, une poignée de transporteurs aériens visionnaires en Amérique du Nord, en Europe et en Asie ont signé en tant que clients de lancement du biréacteur régional Canadair (CRJ). Les premiers avions CRJ100 Bombardier de 50 places ont été livrés à Lufthansa CityLine en 1992, marquant un nouveau chapitre exaltant de l’histoire de l’aviation commerciale. Ces appareils ont desservi les plaques tournantes de Lufthansa à Francfort, Munich, Düsseldorf et Hambourg qui reliaient des villes en Europe de l’Ouest. Au cours des 100 premiers jours en service, ces avions ont effectué 1237 vols affichant une ponctualité des vols de 99 %, un accomplissement remarquable pour un type d’appareil entièrement nouveau. Ces avions consommaient également une moyenne de 8 % moins de carburant qu’initialement prévu, résultant en des économies annuelles de coût significatives pour le transporteur aérien.


À la fin de la Guerre froide, le service des avions CRJ de Lufthansa s’est étendu à l’est vers des villes d’Europe de l’Est, de Russie et de la Communauté des États indépendants. Aux États-Unis, les premiers clients d’avion CRJ de 50 places ont été Comair Airlines et Skywest Airlines, deux transporteurs aériens régionaux indépendants qui faisaient partie de la franchise Delta Connection. Skywest connaîtra une telle croissance qui, au fil des ans, possédera l’une des plus importantes flottes intérieures de biréacteurs régionaux aux États-Unis. Il n’a pas fallu beaucoup de temps pour que les gestionnaires d’aéroport et les leaders de Chambre de commerce, dans l’ensemble des É,-U., manifestent leur enthousiasme pour obtenir le service des avions CRJ pour leurs communautés. Pendant ce temps au Canada, pour profiter entièrement de l’accord « ciel ouvert » entre le Canada et les États-Unis en 1995, Air Canada a placé une commande pour 25 avions CRJ de 50 places et a utilisé ces appareils pour lancer de nouvelles liaisons transfrontalières à partir de ses principales plaques tournantes vers des villes américaines. Les avions CRJ offraient les coûts d’acquisition et par voyage les plus faibles de la flotte d’avions de ligne d’Air Canada et convenaient parfaitement à l’établissement de fréquences et de parts de marché sur de nouvelles liaisons transfrontalières ainsi que pour desservir des liaisons intérieures à des périodes creuses lorsque le facteur de charge de biréacteurs plus grands était faible.


Nouveau concept, nouveaux avantages
Non seulement les biréacteurs régionaux représentaient le moyen le plus économique pour les transporteurs aériens de relier des centaines, voire des milliers de communautés à des plaques tournantes aériennes et à des réseaux mondiaux de sociétés aériennes, ces avions novateurs ont rehaussé l’expérience passager et ont procuré aux transporteurs aériens régionaux un trafic et des revenus accrus ainsi qu’une plus grande part de marché. Afin d’augmenter davantage la croissance du trafic, l’idée d’utiliser les avions CRJ entre les villes en étoile a été mise de l’avant. Toute nouvelle liaison en étoile ajoutée a augmenté le nombre de passagers en correspondance pour une plaque tournante d’un partenaire de grande ligne d’un transporteur aérien régional. Ces liaisons additionnelles ont fourni aux passagers de communautés plus petites un plus grand nombre d’options de vol. En 1996, Bombardier a présenté l’avion CRJ200 qui jouissait de moteurs plus puissants pouvant offrir une performance améliorée aux aéroports difficiles d’accès et des exigences de maintenance réduites. Bombardier était le seul manufacturier d’avions régionaux jusqu’à la fin de 1996 lorsque le premier avion Embraer ERJ 145 de 50 places a été livré à ExpressJet Airlines. Des modèles d’avions régionaux plus petits ont également été lancés sur le marché par des concurrents de Bombardier, tels que les appareils Embraer ERJ 135, ERJ 140 et le biréacteur Fairchild Dornier 328JET. Toutefois, ces avions plus petits ont rapidement perdu la faveur en raison des coûts unitaires plus élevés, comparativement aux versions de 50 places.


Vint-cinq ans de jalons
À la suite du succès phénoménal des CRJ de 50 places, Bombardier a été la première entreprise à lancer un avion régional plus grand, soit le CRJ700 de 70 places, en 1997, et le premier avion régional de 90 places, le CRJ900, en 2000. En 2007, la gamme d’appareils a été élargie avec l’avion CRJ1000 de 100 places. Tout en maintenant une qualification de type commune avec l’appareil CRJ200, l’avion CRJ700 était pratiquement un tout nouvel avion présentant une voilure, un empennage, un fuselage et des moteurs nouveaux. L’introduction de becs de sécurité a amélioré la performance au décollage et à l’atterrissage et a permis à l’avion CRJ700 de desservir les mêmes aéroports que l’avion CRJ200. L’appareil CRJ700 a également profité d’un nouveau niveau de collaboration internationale. Les ailes, le fuselage avant, la gouverne de direction et les positions de gouverne étaient conçus et fabriqués par Bombardier à Montréal, alors que le fuselage central était conçu et produit par les installations Shorts de Bombardier, à Belfast, en Irlande du Nord.


En Amérique du Nord, les clauses de portée ont continué d’évoluer pendant une période au cours de laquelle plusieurs transporteurs aériens ont été restructurés dans le cadre de faillites et de consolidations, pour éventuellement atteindre un maximum de 76 places. En Europe et ailleurs dans le monde, les transporteurs aériens recherchaient des biréacteurs régionaux disposant de plus de sièges et offrant des coûts par siège-mile plus faibles tels que l’avion CRJ1000.


Lancée en 2007, la cabine de l’avion NextGen a été conçue pour créer l’apparence d’un avion plus grand avec des hublots élargis et de l’éclairage à diodes (LED), une première pour les avions commerciaux, offrant une cabine lumineuse et accueillante. La taille des compartiments de rangement supérieurs a également été augmentée et leur conception modifiée pour répondre à la norme de l’IATA concernant le bagage à roulettes (deux par compartiment), augmentant ainsi le rangement de près de 27 %. En 2014, American Airlines a été la première à recevoir la nouvelle option de tuyère conique pour son appareil CRJ900. Jointe à d’autres améliorations apportées à l’avion NextGen, cette option a permis une réduction de 5,5 % de la consommation de carburant, la plus faible de la catégorie. 2016 a vu l’apparition d’un programme de maintenance escaladé à 800 / 8000 heures; à ce jour, les avions CRJ Series possèdent les intervalles de maintenance les plus longs de l’industrie.


Alors que les premiers appareils CRJ100 commencent à délaisser le service des passagers, une grande porte de soute a récemment été offerte. Ceci permettra de continuer d’ouvrir de nouveaux marchés pour les avions CRJ Series, rendant disponible un service rapide de fret sur de petites liaisons qui n’étaient pas, auparavant, économiques.


Vers l’avenir
En regardant vers l’avenir, Bombardier continue d’améliorer la gamme d’avions CRJ pour accroître ses capacités et créer plus de valeur. Le nouveau concept de l’aménagement intérieur des avions CRJ Series, présenté en première en 2016, a été conçu en s’appuyant sur les besoins des exploitants et en ayant en tête les passagers. En plus de présenter des lignes de visée améliorées et un couloir plus large pour une mobilité accrue, les avions CRJ Series sont les premiers et les seuls avions régionaux à offrir un bloc toilettes pour les personnes à mobilité réduite.


Les avions CRJ répondent également aux Aviation System Block Upgrades de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) pour assurer l’état de préparation futur et sont dotés de l’équipement d’avionique Automatic Dependent Surveillance-Broadcast (« ADS-B out ») en avance sur l’échéancier de 2020.


Le concept d’un biréacteur régional optimisé pour offrir un service sur de longues liaisons peu fréquentées a été une innovation technologique perturbatrice lorsque l’appareil a effectué son premier vol commercial avec passagers il y a près de 25 ans. Aujourd’hui, les avions CRJ sont tout aussi révolutionnaires et pertinents pour le milieu du transport aérien. S’étant mérités une réputation enviable au niveau d’une exploitation très digne de foi, économique et fiable, les avions CRJ Series sont devenus le premier choix en matière d’aviation régionale et la troisième gamme d’avions de série qui connaît le plus de succès. Les avions CRJ sont exploités dans plus de 90 pays, sur chaque continent. De fait, à chaque 10 secondes, un avion CRJ Series décolle d’une piste quelque part dans le monde. Grâce à son dossier d’innovation et à plus de 1900 avions vendus, qui sait comment les avions CRJ Series transformeront l’industrie au cours des vingt-cinq prochaines années.
 

Avion CRJ900 d'Air Canada

Nouveau design des cabines CRJ Series

Présence mondiale des avions CRJ Series en opération

Relations avec les médias

Nathalie Siphengphet, Chef, Communications et Relations publiques, Bombardier Avions commerciaux

Nathalie Siphengphet

Chef, Communications et Relations publiques

bca_press@aero.bombardier.com
+1 450 476 5792
www.bombardier.com